Les plus grandes vagues de la planète



Les plus grands surfeurs de la planète - où les plus fous - se démènent pour trouver l'endroit idéal où ils pourront affronter la Grande Vague, exécuter le plus impressionnant Wave Ride, et durant la dernière décennie, nombreux furent les prétendants au titre de la plus grande vague surfée près d'une plage. C'est néanmoins au milieu de l'océan que l'on a le plus de chances d'enregistrer les plus grandes vagues du monde, via le phénomène fascinant des vagues scélérates ou Rogue Wave, dont la plus haute jamais enregistrée atteignait 29,1 m, soit la taille d'un immeuble de 10 étages!

La trajectoire de la vague (img geology.com)
De nombreuses vagues ont suscité effroi et fascination au cours des siècles, plusieurs d'entre elles ayant eu des conséquences dramatiques ou incroyables. C'est par exemple le cas d'une immense vague qui prit naissance en Alaska, en 1958, à Lituya Bay, suite à l'effondrement dans la mer, de plus de 30 millions de mètres cubes de roches se détachant d'une hauteur de 914 mètres, au nord de la baie. Ce phénomène engendra une vague immense, non-enregistrée, estimée à 30 mètres de haut (100ft), qui déferla vers la mer, déracinant les arbres et dévastant la végétation, à son plus haut point, à 524 mètres de hauteur. Encore aujourd'hui, cette vague est considérée comme la plus importante que l'on aie vu de mémoire d'homme, bien qu'on puisse également la considérer, non comme une vague, mais comme un mini-tsunami.

Toutefois, les plus grandes vagues enregistrées - dont la hauteur est souvent estimée à postériori, sont régulièrement liées à l'activité de surfeur. C'est ainsi que dans les dernières années, les deux amis Garret McNamara et Andrew Cotton, surfant habituellement dans le même spot, à Nazaré, au Portugal, se battent le record de la plus grande vague surfée, établissant des records officiels de 23,77 mètres (78ft) pour le premier, en 2011, et 24,3 mètres (80ft) pour le second, en 2013. Les gigantesques murs d'eau mouvante donnent l'occasion de somptueuses photos et vidéos qui font le tour du monde.

Andrew Cotton le 2 février 2013

Ce spot de Nazaré est bien connu pour sa configuration sous-marine exceptionnelle qui produit régulièrement des vagues gigantesques. En 2013, le brésilien Carlos Burle aurait surfé sur une vague de 30 mètres (100 ft).

La configuration du Canyon de Nazaré (img NOC)
Et pourtant, c'est bel et bien au milieu des océans* que l'on retrouve vraisemblablement les plus grandes vagues, à travers le phénomène de vagues scélérates, ces vagues immenses et imprévisibles auxquelles on attribue de nombreuses disparitions de bateaux, et des énigmes maritimes, depuis des siècles. Longtemps considérées comme mythiques, ces vagues peuvent se former alors que l'eau est relativement calme, contrairement aux vagues habituelles dont l'océan est rempli, et qui, en pleine mer et en pleine tempête, ne peuvent que difficilement atteindre les 15 mètres de hauteur.

*En fait, les vagues scélérates peuvent également se former dans des étendues d'eau fermées : on attribue à une telle vague le naufrage du SS Edmund Fitzgerald, dans le Lac Supérieur, en 1985.

C'est ainsi que le 1er Janvier 1995, la première* vague scélérate enregistrée est observée à partir de la plateforme Draupner, en Mer du Nord : une vague scélérate (aussi appelée Freak wave, et celle-ci particulièrement, la Draupner Wave) d'une amplitude de 25,6 mètres, et d'une hauteur atteignant 18,5 mètres (61 ft). Pourquoi cette différence entre amplitude et hauteur? Tout simplement parce que les vagues scélérates sont connues pour être précédées et suivies d'un effondrement du niveau d'eau qui, lorsqu'on observe le phénomène en pleine mer, donne littéralement l'impression d'une abysse précédent la vague, à son approche.

*Il ne s'agit pas exactement de la première vague enregistrée, mais de la première à partir de laquelle les données enregistrées ont pu être largement partagées au sein de la communauté scientifique, d'autres ayant déjà été enregistrées auparavant, mais fournissant peu de données, ou ces dernières, gardées plus discrètement.

On estime que plusieurs d'entre elles pourraient atteindre 40, voire 50 mètres de haut. L'imprévisibilité de leur apparition et l'étendue immense des océans rend difficile, cependant, leur enregistrement. On a de plus en plus recours, désormais, aux données des observations satellites. Certaines observations non-confirmées par capteurs scientifiques, comme la mesure au théodolithe de l'USS Ramapo en 1933, indique l'existence de vagues d'une hauteur atteignant 33 mètres.

C'est néanmoins en 2000 que le RRS Discovery, naviguant au large de l'Ouest écossais, enregistre la plus grande vague scélérate connue à ce jour, avec une hauteur significative* de 18,5 mètres, et des vagues atteignant une hauteur de 29,1 mètres (95 ft).

*La hauteur significative correspond à la mesure de l'amplitude du tiers des vagues d'une séquence (le tiers correspondant aux vagues les plus fortes). Cette donnée statistique permet de quantifier l'état de la mer (calme, agitée...) et permet également de définir le seuil au delà duquel on considère une vague comme étant scélérate : une telle vague a en effet la particularité d'être souvent seule et monstrueuse, comparativement aux vagues précédentes ou suivantes.

Des mesures en altimétrie satellitaire lors du passage en 2011 de la tempête Quirin, particulièrement violente, dans l'Atlantique Nord, ont permis de récolter des données plus folles encore, avec une hauteur significative record de 20,1 mètres pour le 14 février 2011. Une hauteur significative d'une telle ampleur suggère que certaines vagues auraient pu atteindre 36 mètres de haut!


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération avant d'être publiés. La publication peut prendre quelques jours.

Twitter Delicious Facebook Digg Favorites More