Le mystère de l'explosion dévastatrice en Tunguska



En 1908, une mystérieuse et catastrophique explosion développant une puissance de 4 Mégatonnes, soit près de 250 bombes de Hiroshima, ravagea 2000 km² de la forêt sibérienne et se fit ressentir sur toute la planète, des USA à l'Australie, du Japon à l'Europe. Pourtant, cet évènement géologique majeur reste encore aujourd'hui une énigme insoluble : jamais on n'a retrouvé de cratère correspondant.

Paysage de désolation laissé par l'explosion (img : L. Kulik)
Et c'est l'un des plus grands mystères du siècle dernier : Le 30 juin 1908, vers 7 heures du matin, une explosion cataclysmique généra une onde de choc dévastant le cœur de la Tunguska, en Sibérie, sur près de 2000 km², couchant des arbres jusqu'à 100 km à la ronde et provoquant des incendies gigantesques. L'intense libération d'énergie fut ressentie sur le moment, à plus de 600 km. L'Europe et même les États-Unis enregistrèrent des manifestations de cette formidable explosion. 60 millions d'arbres furent ainsi décimés, et pour une large proportion, soufflés radialement et brûlés comme des allumettes.

Malgré l'apparent gigantisme de cette manifestation, pendant 19 ans, la région ne fut pas prospectée, comte tenu de son hostilité (marais, rigueur hivernale, moustiques...) et de la situation géopolitique ambiante. L'époque est marquée par les guerres (1914-1918) et les révolutions (1919, période de troubles en Russie). C'est donc bien plus tard, en 1921 puis en 1927 que le géologue Leonid A. Kulik prospecta pour la première fois officiellement la région, pour n'en découvrir que des paysages d'horreur, des ruines et des forêts calcinées.  Ainsi qu'il le rapporte, aussi loin que son regard se posait, il ne voyait que désolation, arbres couchées et brûlés.

Comment expliquer le phénomène?  Leonid recueillit les témoignages faisant état d'une large trainée bleue et lumineuse dans le ciel, suivie d'un flash et d'une onde de choc qui propulsa de nombreux habitants à terre, certains se cassant les membres, d'autres ressentant d'intenses chaleur en provenance du lieu supposé de l'explosion. De nombreuses habitations furent endommagées : fenêtres brisées et murs fissurés voire tombés. Plus tard, on estima que les odes sismiques générées par le choc équivalaient celle d'un tremblement de terre de force 5 sur l'échelle de Richter. Et pourtant, malgré les preuves matérielles et les mesures concordantes effectuées tant en Russie qu'à l'étranger, rien ne permettait d'affirmer la nature de ce qu'il s'était passé. Leonid ne trouva aucun fragment de météorite, aucun cratère témoignant d'un impact qui, au vu de ses conséquences, aurait dû laisser une marque gigantesque au point de rencontre avec la Terre.

Localisation de l'impact (img : NASA)
Depuis, plusieurs expéditions ont eu lieu, mais toujours aucune n'a trouvé de façon indubitable un cratère qui témoignerait d'un impact météoritique. Néanmoins, quelques fragments de roches fondues pourraient provenir de météorites réchauffées par l'atmosphère. Il n'a pas encore été possible de déterminer avec certitude qu'elles sont liées à l'évènement de 1908. Si de nombreux scénarios, dont beaucoup paraissent farfelus (essai de rayon de la mort de Tesla, crash d'Ovni...) furent proposés, on accepte désormais l'idée d'un météoride (probablement un astéroïde) qui se serait fragmenté et aurait explosé à quelques kilomètres d'altitude. Récemment, une équipe italienne de l'université de Bologne suggérait l'existence d'un cratère dans le lac Cheko, à 9 km de l'épicentre présumé. Des particules lourdes datées entre 1902 et 1914 semblent attester de l'arrivée de roches extraterrestres dans cette période. Le mystère demeure toutefois, aucune théorie jusqu'à présent n'ayant pu expliquer tous les aspects de cette formidable explosion. 

S'il s'avère qu'un météorite s'est crashé à Tunguska, ou a explosé en vol, on aura alors déterminé l'origine d'une des plus puissantes explosions de l'histoire de l'humanité. Selon les simulations de Mark Boslough, spécialiste de la modélisation d'impact de corps céleste, un astéroïde d'une dizaine de mètres de diamètre aurait pu dégager une puissance de 3 à 5 mégatonnes, se désagrégeant dans l'atmosphère en créant une gigantesque boule de feu à même de rendre compte des effets constatés au niveau du sol. La météorite de Tunguska représenterait alors la 6ème place au rang des types d'explosions les plus puissantes, plus de 250 fois la puissance développée par la bombe d'Hiroshima, avant même son invention.

pour en savoir plus : 
Lombry T. (2007). Tunguska. Histoire d'impacts. Luxorion
Phillips T. (2008). The Tunguska impact - 100 years later. NASA


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération avant d'être publiés. La publication peut prendre quelques jours.

Twitter Delicious Facebook Digg Favorites More